Arbres (version courte)

Cernes : d’abord l’écorce, l’aubier, puis le coeur,
le tronc alors à nu, on peut les dénombrer, connaître l’âge de l’arbre, de la souche à l’arbuste.
Tu parles de l'échancrure des feuilles,
tu ne les distingues plus.
Tu montres en haut le ciel derrière ta main.
Plus tôt, de côté sur le lit.
Le dos de l’amant hors des draps,
tu attends dans la majesté des contours défaits.
Il y eut des danses,
des heures rondes comme des bouches ouvertes,
des eaux, de femmes, de pomme et de pluie.
Le petit jour est imbécile,
la bise fraîche comme l’instant nouveau,
le monde indocile et curieux.
Tu parles de fusées et de sorcières,
tu rigoles par la fenêtre, des grelots dégringolent.
Tu montres en bas l’herbe touffue sous tes orteils.
précédent
suivant
Shadow
Slider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *