Trans:ports:25:110 [dispositif media art]

 

Internet s’efface. Je tenais à garder ici une trace de ce projet net art (ou mail art) sorti en 2005. Le webmail en question – donc la performance – n’est aujourd’hui plus fonctionnel.

 

Trans:ports:25:110 est un dispositif net art, une correspondance amoureuse réaliste, entre un homme : jc110@hotmail.com, et une femme : lilas25@trans-ports.org, utilisant les protocoles de l’email sur le réseau Internet comme transport amoureux.

  • le port 25 (communément appelé smtp est utilisé pour envoyer les emails)
  • le port 110 (communément appelé pop est utilisé pour recevoir les emails)

 

Les écrits restent…

jc110@hotmail.com à lilas25@trans-ports.org :

« Bonsoir Lilas, est-ce qu’un jour on se reparlera ? »

… Ainsi débute l’objet Trans:ports:25:110… Entre passé, présent et avenir…

 

Le Webmail (boîte de messagerie accessible depuis n’importe où, via un navigateur Internet) utilisé par lilas25@trans-ports.org est public et en temps réel (récit performatif à suivre).

Cela signifie que chacun peut s’identifier en utilisant le seul login de Lilas (« lilas25 ») et son mot de passe (« visiteur ») et faire intrusion secrètement (pas d’informations récupérées sur ce webmail) dans la boîte de messagerie de la jeune femme. Il s’agit d’une réplique d’un webmail simple et classique afin de reposer sur une expérience commune à chacun…

Et si les messageries pouvaient nous raconter autre chose que notre propre quotidien ? Au fur et à mesure des jours, chacun peut avoir une lecture individuelle de ce scénario, du prélude de la relation jusqu’à sa conclusion.

Avec une narration partagée, à la chronologie que le dispositif inverse : Eléments reçus : mails de JC110 | Eléments envoyés : mails de lilas25, le récit épouse la forme du mail dans sa lecture, comme dans son expression (jeu des titres, style direct, pièce jointe, lien hypertexte, délai dans la rédaction, immédiateté de l’envoi, structure pouvant enchevêtrer plusieurs niveaux ou sujets de discussion).

 

Jean-Jacques Delfour (à propos de Loft Story), paru dans Le Monde, mai 2001 : « Dispositif… visant à voir, à scruter au fond de l’intimité la plus grande, non celle des sexes – fausse intimité en vérité, sauf à s’apercevoir que le sexuel est tissé de rêves – mais celle de la vie privée de la conscience d’autrui : jouir de la perception de ce qu’il ressent et vit, en brisant doucement la différence entre privé et public, grâce à l’effraction anonyme du dispositif. »

 

Thèmes abordés : intimité et réseaux, flux, voyeurisme, intrusion, désincarnation, ordinaire, attente, confidentialité, privé-public, fiction-réalisme, auteur.

 

L’objet Trans:ports:25:110 faisait parti de mon projet « Transports amoureux », projet pluridisciplinaire considérant les rapports amoureux dans la modalité de leur expression – les moyens ou flux de communication empruntés par ces « transports » pouvant être des flux vidéos, sonores ou écrits au travers les réseaux ou non.

 

En savoir plus (pdf du projet).

Article presse revue Intramuros, 2005 – exposition Centre Pompidou, Web flash festival (2005).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *